Accueil / RESSOURCES arts plastiques / usages NUMERIQUES / Réunion nationale des interlocuteurs académiques TICE arts plastiques

Recherche

Compte-Rendu

RÉUNION DES INTERLOCUTEURS TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES

REIMS 08 et 09 FEVRIER 2011

reims

Présentation du programme par Mme Sylvie Lay

IA-IPR en charge du dossier du Numérique.

Quelques points qui seront abordés:

- Évolution des l’enseignement des arts plastiques: nouveaux programmes, place des références...

- Rôle de l’Interlocuteur Académique:

- Promouvoir les TICE, c’est à dire?

• Conseiller sur le choix des pratiques, discerner entre l’usage courant de l’informatique et l’usage qui en est fait dans les cours d’arts plastiques.

• Les outils numériques et leur évolution (interactivité): comment sont-ils intégrés dans le cours?

• Les TICE au service de l’acquisition des compétences à construire (en général)

• Promouvoir le travail en réseau

• Aller à la rencontre des collègues (formations, conseils...)

• Travail en étroite relation avec l’IPR notamment pour la validation des publications sur le site académique.

• Participer à la mutualisation sur le site national.

• Contribuer à la signalisation de ce qui se passe sur les sites académiques et le site national.

educnet

- EDU’basess: nouvelle indexation

- Évolution des sites académiques

- Point sur les TraAM

 

Présentation d’une vidéo d’une conférence de Nicolas Bouillard à La Villette
Professeur d'arts platiques au lycée Mathias de Chalon-sur Saône.

Utilisation du logiciel Alchemy et poïétique.
alchemy

- La pratique du dessin sur Alchemy diffère totalement des logiciels de simulation d’outils traditionnels (Painter, outils de Photoshop, Gimp etc...)

- Qu’est ce que la poïétique ? ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Poïétique )

Elle s’attache à analyser tout le processus créatif ( cf. René Passeron ) entre le début de l’effectuation et la phase où il est décidé que le travail est achevé.

- Alchemy est un logiciel essentiellement « numérique » et conçu comme tel par ses concepteurs, ses outils ne sont pas un pis allé ou un prolongement de l’analogique.

- Il permet un enregistrement image par image de toute la phase d’élaboration. Nous avons donc une rétroaction informative qui permet des choix laissant le loisir de repartir sur une étape et/ou de comparer des étapes.

Avec les élèves un dialogue peut alors s’instaurer sur les choix qui ont conduit à tel ou tel résultats.

- Un aspect particulier de ce logiciel est le paramétrage des outils avec l’introduction d’un pourcentage d’aléatoire, ce qui rend tout déterminisme du résultat impossible, le retour en arrière est impossible sauf à passer par l’enregistrement image par image.

- Les questionnements sur le résultat aléatoire, la perte de contrôle, le problème du fini / non fini, du figuratif et de l’abstraction, le geste, l’image fixe ou animée, du statut de l’œuvre peuvent être abordés lors de la verbalisation.

Présentation rapide du logiciel Inkskape inkscape

- Inkscape est un logiciel de dessin vectoriel par conséquent l’image est indépendante du périphérique sur lequel elle s’affiche. En d’autres termes, l’image est recalculée pour un rendu optimum quelque soit la résolution d’affichage.

- Un travail exploratoire sur la notion d’échelle et sur l’échelonnement des plans peut être entrepris en classe.

- Ces logiciels peuvent être à la base la construction de dispositifs pédagogiques permettant la pratique de la verbalisation autour de « l’ acte créatif ». L’outil dans sa spécificité permet d’atteindre l’objectif visé, à savoir une analyse du processus créatif; qu’est-il advenu ? et comment le ré-exploiter ?

- L’élève prend conscience de ce qu’il a fait sans pour autant avoir à se justifier.

- Une approche similaire peut être envisagée pour la 3D avec le logiciel Google Sketchup via la fonction de torsion.

- Voir la vidéo: http://www.educnet.education.fr/arts/actualites/le-dessin-aleatoire-avec-alchemy-transposition-1

 

 

Intervention de François Debieuvre:
L’option infographie au collège des Trois Fontaines à Reims

 

- Le public de ce collège est essentiellement rural et de banlieue, le niveau est inférieur à celui de la moyenne nationale de ZEP.

- L’option est en marge du cours d’AP et inclue dans l’EdT, elle est inscrite au Projet d’Établissement.

- Elle a fonctionné d’abord sous la forme d’un club (1h), puis par la création de classes à horaires aménagés. Les travaux sont basés sur les programmes de collège avec sujets donnés ou projets personnels des élèves.

- Effets observés:

- Amélioration des comportements,

- Valorisation des élèves en difficulté.

- Partenariat avec une structure ( 3 / 4 heures mensuelles )

- Site: http://xxi.ac-reims.fr/clg-trois-fontaines/articles.php?lng=fr&pg=140

 



Intervention d’Olivier Cornu à propos des sites académiques

 

- Le rôle du webmestre: il est l’acteur majeur dans la politique éditoriale du site, sous couvert bien entendu de son IA-IPR, avec lequel il doit travailler en étroite collaboration.

- Il doit être secondé dans sa tâche de rédaction par une équipe dont les différents membres interviennent dans les rubriques selon leurs compétences ou envies.

- Les publications se font dans le respect des droits d’auteurs.

Enjeux:

- Les sites académiques sont le reflet de ce qui se fait en cours d’arts plastiques, la réflexion quand aux contenus doit être faite dans cette optique: que voulons nous afficher des arts plastiques ?

- Les sites académiques sont en articulation avec le site national, c’est la source naturelle de l’alimentation des nouvelles EDU’bases (75% de la fréquentation du site national).

- A terme, la dimension de relais pour les formations est envisagée avec la constitution de groupes d’animateurs pour les formations à distance. ( dispositifs Pairformance et Centra 2 - https://foad.orion.education.fr/)

 

 

Intervention de Sylvie Lay:
Arts plastiques et socle commun, l’approche par compétences

Compétences => connaissances + capacités + attitudes:

C’est à dire la mise en œuvre des connaissances dans des situations variées et la mobilisation de toutes les ressources pour atteindre un objectif. Ce n’est pas une somme de connaissances cloisonnées.

Situations complexes et compétences

=

Mobilisation des savoirs nouveaux (savoir faire) <-> Combinaison des éléments que l’élève connaît et qu’il réinvestit

tableau

- Dans le socle commun la plupart des compétences sont pluridisciplinaires mais pas toutes transversales.

- Des compétences peuvent être acquises en dehors de l’école.

(cf. diaporama)

 



Intervention de Monsieur Jean-Yves Moirin, IGEN arts plastiques:
Enjeux du numérique dans l’enseignement des arts plastiques

 

- Monsieur Jean-Yves Moirin rappelle la nécessité de prendre du recul par rapport à nos méthodes d’enseignement.

- Il faut nous porter garant de l’importance de l’enseignement de notre discipline; la place des arts plastiques est jugée importante par le ministère et par conséquent nous avons la responsabilité de ce que nous faisons paraître de cet enseignement sur les sites académiques et donc sur le site national (réinterprétation et décryptage des informations par un public non spécialiste).

 

- Selon le philosophe américain John Dewey l’expérience esthétique peut être formatrice de compétences dans le contexte socio-culturel actuel (L’art comme expérience, traduction Jean-Pierre Cometti et alii, Éditions Farrago/Université de Pau, 2005 et Gallimard, 2001).

- Il va falloir déplacer les expériences artistiques pour les utiliser dans la recherche du développement de compétences: remettre en relation ce qui est enseignable (didactique) avec les dispositifs d’enseignement.

- L’enseignement des arts plastiques doit être réactualisé, en lien avec l’utilisation des TICE, en rapport étroit avec le programme d’histoire des arts, dans un soucis de transversalité.

- Comment allier et prendre en considération tous ces champs à couvrir à partir d’un domaine artistique précis ?

Exemple: l’évolution de la «chambre claire» à l’APN qui permet d’aborder à la fois le programme HidA et les TICE.

 

Dans le domaine de la transversalité, les pratiques artistiques contemporaines mettent en jeu des phénomènes d’hybridation, de mixité des techniques et des concepts, par exemple la prise en compte de l’espace scénographique dans des installations, performances...
Tout cela enrichissant la production de sens.

- Il faut être à l’affût des démarches artistiques du moment, avoir un regard sur l’environnement artistique contemporain et le mettre en perspective avec le domaine artistique patrimonial et traditionnel.

 

- Avec les technologies numériques, considérées comme modèle, il faut être pointu sur l’enseignement et être conforme au projet que l’on se donne: il ne faut pas axer sur la technicité mais bien sur l’objectif d’acquisition de compétences. La pédagogie doit primer sur l’aspect technique.

 

- L’enseignement de l’histoire des arts n’a d’intérêt que si chaque discipline l’aborde dans sa spécificité didactique. Nous ne sommes pas des historiens d’art, nous partons de l’expérience esthétique qui donne de l’intérêt et conforte l’acquis culturel.

- L’acquis institutionnel des arts plastiques peut être battu en brèche, nous enseignants, devons communiquer sur notre discipline; l’inventivité pédagogique, notamment avec l’utilisation des TICE peut être un plus qui peut «sauver» notre discipline.

 



Échanges avec Monsieur Jean-Yves Moirin, Madame S. Lay, Monsieur E. Guérin :

Équipements TICE, mutualisation.

 

- Au sujet de l’équipement TICE des salles d’arts plastiques, aucune directive n’est donnée par le ministère, c’est à chacun d’adapter ses équipements en fonction de sa pédagogie et des moyens de l’établissement.

- La question se pose de « Quels équipements pour construire quelles compétences ?»

Il faut du pragmatisme et s’appuyer sur les textes; les programmes peuvent servir de levier pour obtenir du matériel.

- La question des connaissances techniques pour travailler l’image a été abordée, une solution passe par le travail en réseau et la mutualisation des pratiques d’un point de vue technique et pédagogique.

Que peut-on faire avec tel ou tel matériel? Il y a un travail de transposition didactique à mener.

Aucun outil n’a de « pédagogie » induite. Il ne faut pas aller dans la surenchère, travailler avec des outils simples avec des dispositifs simples.

- L’expérience des Travaux Académiques Mutualisés (http://www.educnet.education.fr/arts/animation/actions-mutuali/actions-academi/) , est à développer, c’est un espace d’inventivité à investir.

 

- Dans les EDU’bases, ce que l’on met en accessibilité doit l’être avec un soucis de qualité car les exemples de séquences sont susceptibles d’être lus et décryptés par des non spécialistes. Les circonstances et contextes de telle ou telle séquence doivent être explicités. Les EDU’bases doivent proposer des exemples variés et non modélisant.

- Monsieur Jean Yves Moirin nous présente en exemple un diaporama d’un travail réalisé en cours d’arts plastiques dans une section de lycée professionnel hôtellerie intitulé « Eléments d’architecture ».

Ce travail est analysé sur le plan de la pratique ( action / réflexion / attention / intention )

 



Monsieur Olivier Cornu présente la nouvelle indexation des EDU’bases

Voir le fichier .pdf joint de la liste des fiches en fin d'article

Constat:

La nouvelle indexation à pris trois ans pour évoluer dans sa forme actuelle, les publications en ligne sont d’une grande inégalité et de formes multiples, la plupart d’entre elles sont aujourd’hui obsolètes car basées sur les anciens programmes.

Une urgence est la mise à jour de ce qui est publié. Il sera demandé aux interlocuteurs académiques d’alimenter la base avec, dans un premier temps, trois à cinq fiches niveau collège validées par l’IPR.

- Il apparaît nécessaire d’homogénéiser les mots-clés des sites académiques avec ceux du site national.

- Il doit y avoir un lien clairement identifié sur la page d’accueil des sites académiques pointant vers le site national.

Monsieur Jean Yves Moirin reprend la parole pour insister sur la finalité de ces fiches:

Comment communiquer un outil qui va servir de levier pédagogique ?

Quelle procédure pédagogique est mise en œuvre?

Ces fiches sont utilisables à plusieurs niveaux:

• Une aide à la documentation, à l’utilisation des références dans les cours.

• Une fonction de déclencheur par rapport aux champs notionnels.

La proposition est conditionnée par un problème à résoudre, elle met en œuvre un scénario en adéquation avec le but visé ( ce que l’élève doit apprendre ).

Ensuite vient la transposition par rapport au travail de l’élève: la communication (verbalisation)pour faire comprendre les notions que l’on veut faire ressortir avec l’utilisation d’un vocabulaire spécifique.

 

Critères de sélection:

 

- Quel est le niveau d’information contenu dans ces fiches, jusqu’où doit-on aller ?

- Le questionnement est: en quoi le scénario proposé est en phase avec les notions du programme à faire passer ?

- Il apparaît important de mentionner une piste de travail en regard du contexte (classe, outils disponibles, références, etc...), ce n’est donc jamais un modèle formaté, définitif mais une ligne directrice adaptable aux conditions de cours. C’est un document à la fois ressource et support de réflexion pour les collègues (surtout pour les novices).

- Il faut tenir compte des limites qui vont s’instituer par rapport à ce qui est proposé.

- Il faut avoir un regard critique et laisser un champ libre pour que l’enseignant puisse élaborer son propre scénario:
l’intention (attendu) -> la stratégie -> les résultats (constaté).

 

- Un travail autour de ces questions a été mené en atelier que le manque de temps n’a malheureusement pas permis de développer plus avant. Toutefois il a été souligné que:

- Une séquence choisie pour publication doit être retravaillée collectivement pour être adaptée, améliorée afin de correspondre aux critères de qualités requis: lisibilité, compréhension du dispositif pédagogique, objectifs d’apprentissage, compétences du socle, références proposées...

 

- Un groupe de travail académique doit être institué pour cette tâche, afin que les publications soient le résultat d’un travail collectif et non celui d’une personne (qui pourrait être mise en défaut par un jugement qualitatif défavorable).

- Les résultats sont validés au final par l’IPR avant publication sur le site académique et sur le site EDU’bases.

 



TraAm: Travaux Académiques Mutualisés:
6 projets académiques

 

- Un bilan des expérimentations TraAM en arts plastiques à été présenté par les représentants des Académies de Bordeaux, Créteil, Nantes, Poitiers, Metz et Grenoble.

- Les projets sont diversement avancés, certains ont fait part de leur difficulté à faire fonctionner une équipe stable, d’autre font part du dynamisme induit par ces plates-formes de mutualisation.

- Un descriptif détaillé de ces actions est en ligne sur éducnet:

http://www.educnet.education.fr/arts/animation/actions-mutuali

et:

http://www.educnet.education.fr/arts/animation/reunions-inter/reunion-des-interlocuteurs-academiques-metz-2010/Les-actions-mutualisees-TRAAM-Point-detape

 



Bilan de ces journées par Jean-Yves Moirin

 

Monsieur Jean-Yves Moirin nous fait part de sa satisfaction quant à l’orientation prise durant ces deux journées.

Il note la progression du travail en réseau et la tendance des interlocuteurs à se recentrer sur la pédagogie avec l’utilisation des TICE.

La complexité des outils numériques ne doit pas faire perdre de vue les objectifs d’enseignement pour s’engager par exemple dans une voie de démonstrations purement techniques.

Il conclu ces journées avec cette réflexion: comment en tant que plasticiens nous pouvons apporter un plus à l’utilisation des TICE dans notre enseignement?

 

Février 2011

Serge Prouteau
Interlocuteur académique TICE en arts plastiques
Webmestre du site académique arts plastiques ATerLa

- Voir la liste des fiches sur le nouveau site EDU'bases (pdf)
- Voir la page d'ajout de fiche avec la nouvelle indexation (pdf)
- Téléchargez ce rapport (pdf)

- Visite virtuelle de la cathédrale de Reims

 

 

Autres articles dans cette rubrique